Cat and mouse (Chat et souris) Convertir en PDF Suggérer par mail

Auteur: T. Novan

Clause de non-responsabilité: Les personnages de Xena: Warrior Princess et tous ceux associés à la série télévisée du même nom sont la propriété de MCA / Universal Pictures. Il s'agit d'une fan fiction et aucune violation du droit d'auteur n'est recherchée.

Subtext: Je pense qu'à force d'écrire autant, on va tout simplement arrêter d'appeler cela du subtext et l'appeler maintext. Oui, elles sont amoureuses l'une de l'autre.

Sexe: Oh oui celle-là ne parle que de sexe!
Violence: Pas vraiment
Langue: douce

                                                                 **************

Gabrielle entra dans la pièce, attirant l'attention de tous, hommes et femmes.  Les hommes la désiraient et les femmes qui ne la désiraient pas rêvaient d’être à sa place.  Elle était l'incarnation de la beauté et de la puissance. 
La reine amazone captiva la salle dès son entrée.  Même dans une pièce remplie de dignitaires, aucun d’eux n’avait la prestance de la petite reine Amazone. Tout le monde la regardait, observant chacun de ses mouvement, tout le monde, exceptée une grande guerrière qui se tenait dos à l’entrée et qui ne fit aucun mouvement pour voir la cause de tous ces murmures. Elle connaissait la raison.

Le jeune capitaine de la garde qui parlait avec Xena s’arrêta net au milieu de sa phrase en apercevant la petite blonde. Xena tenta de réfreiner un sourire devant la bouche ouverte du jeune homme. Elle ne se retourna toujours pas. 
Gabrielle avançait au milieu du banquet. Le roi Tallares était tellement content de son nouveau traité et si impressionné par la reine Amazone qu’il avait insisté pour célébrer leurs négociations avant son départ. 
 La reine se dirigea vers la table du roi, ses deux gardes du corps derrière elle. Elle s’arrêta face à lui et sourit légèrement en baissant les paupières, avec un «Majesté» Puis elle continua : "Mon peuple et moi-même sommes honorés d'avoir trouvé un solide et noble allié et le privilège d'avoir un nouvel ami. Que la paix entre nos peuples soit longue et prospère." 


 "Tu vois," Xena claquait des doigts devant le visage du jeune homme pour attirer son attention. "Voilà son problème." 
 Le jeune capitaine se tourna vers la guerrière et la regarda comme si elle avait perdu la tête.
 "Quel genre de problème pourrait-elle avoir?" 
 "Elle parle trop." 
 "Elle est tellement… tellement…" Son attention se reporta sur la reine. 
 "Majestueuse?" 
 "Oui." 
 "Intelligente?"
La guerrière contenait à peine son sourire en sirotant son vin. Elle n'avait toujours pas regardé la reine. 
 "Oui." 
 "Belle?" 
 "Oh oui." Le jeune homme soupira. 
 "N’aurais-tu pas quelques pensées lubriques envers la petite Amazone?"
  "Non jamais!" Il eut l’air gêné d’avoir été piégé. "Je n’oserais jamais lui manquer de respect." 
 Xena rit. "Tu serais bien le premier ! Belle image que cette reine dans sa tenue officielle de cuir, hein?" 
 "Un-huh." 


 Après quelques plaisanteries avec le roi Tallares, Gabrielle le laissa pour aller discuter avec d’autres dignitaires. Tout en parlant avec eux, elle balayait la pièce du regard. 
Enfin, elle trouva la personne qu'elle cherchait et s’approcha d'une de ses gardes. Elle lui donna un ordre silencieux et la garde traversa la pièce vers la grande guerrière après s’être inclinée devant elle. 
 Xena termina tranquillement sa conversation avant d’écouter le message de la garde Amazone qui lui chuchota à l’oreille. Elle réfléchit à ce qu’on venait de lui dire avant de donner sa réponse. La garde parut horrifiée, mais hocha la tête et retourna vers la reine. 

Gabrielle avait observé l’échange. Comment ose-t-elle ! se dit-elle en réalisant ce qui se passait et sans que Xena ne se soit jamais tournée vers elle. Alors c’est ce qu’elle veut? Gabrielle avala son vin d'une traite. 

Xena reprit sa conversation avec le capitaine qui la dévisageait. "Quoi?" Demanda-t-elle, espérant qu’il mordrait à l’hameçon. 

"Si ma question ne te gêne pas…" 
Hameçon, ligne et hop !
 "Elle veut coucher avec moi." 
 Le capitaine s’étouffa presque avec le vin que Xena venait de lui verser. Elle lui tapa dans le dos pour qu’il reprenne son souffle. 
 "Tu plaisantes?"  
 Xena leva un sourcil. "Est-ce que j’ai l’air de plaisanter? As-tu déjà rencontré une amazone avant?" 
 "Non, la Reine et ses gardes sont les premières que je vois." 


 Oh, c'était trop beau. Xena sourit au jeune capitaine.
"Donc, tu ne sais pas que les Amazones préfèrent la compagnie des femmes. Elles utilisent généralement les prisonniers hommes comme géniteurs. Quand elles veulent du sexe pur et dur, elles préfèrent vraiment les femmes." 
 Il respirait difficilement. "Non, je ne savais pas." 


 "Oh oui, c'est bien connu. Ce sont des amantes très douées. Elles prennent leur temps pour faire plaisir à leurs partenaires. Dommage que tu ne puisses jamais connaître cette expérience."

 Xena crut qu'elle allait devoir rattraper le garçon avant qu’il ne tombe car ses genoux montraient une certaine faiblesse. Il se redressa puis s’arc-bouta contre le mur en imaginant cette grande beauté sombre et la petite amazone blonde. Il rougit et s’excusa. Xena gloussa et s’adossa au mur en croisant les bras, son verre de vin à la main, puis elle rencontra enfin le regard de la Reine. Whaouh ! Elle est furieuse ! pensa Xena. Je sens qu’on va s’amuser.
Gabrielle attendit que le capitaine s’éloigne et traversa lentement la pièce pour s’approcher de Xena. Ses lèvres s'arrêtèrent à un pouce de la guerrière et elle lui chuchota: "On torture les hommes du coin?" 

 "Evidemment !". Elle rit. 
 "Jusqu’où as-tu été avec lui?" 
 "Oh, il n'a pas beaucoup d'endurance. Il n’a pas tenu le coup". 
 "Il est parti très vite." 
 "Le pauvre garçon n’a pas supporté. Il croyait avoir une chance avec toi." 
 "Eh bien, puisque tu m’ignores, il en a peut-être une."
Elle donna un doux baiser à la guerrière, faisant en sorte de glisser sa langue contre ses lèvres avant de repartir. 

Xena lécha ses lèvres et goûta le baiser de la Reine. Dieux, elle fait ça de mieux en mieux, se dit-elle en sentant cette familière excitation l’envelopper. Le jeu commençait. 
La guerrière s’éloigna du mur et se dirigea vers la reine, en pleine conversation avec l'ambassadeur. Elle s’approcha d’elle par derrière quand un serviteur apporta un plateau de nourriture. La Reine était en train de se servir quand des doigts calleux frôlèrent son bras et qu’une main attrapa le morceau qu’elle tenait. Elle se pencha vers la reine et lui chuchota: "Je ne t’ignore pas. Tu n'as simplement pas encore toute mon attention." Elle mit la nourriture dans sa bouche et partit. 


La Reine prit une profonde inspiration ; sa chair de poule disparut et son pouls revint à la normale. Elle se tourna et vit Xena se servir un autre verre de vin avant de s’asseoir sur une chaise. Elle lança une longue jambe halée par-dessus le bras de la chaise et se pencha en arrière pour déguster son vin. 


 Puis elle fixa la Reine qui comprit le message. Si elle voulait la guerrière, elle devait obtenir son attention. Gabrielle respira un grand coup et traversa de nouveau la salle. Elle resta face à Xena un instant, regarda autour d’elle, puis se mit à cheval sur la jambe de la guerrière. Xena remarqua que la Reine ne portait rien sous ses cuirs. Elle garda la mâchoire serrée fixant les yeux verts espiègles. "Tu sais quoi ?" Dit la Reine en glissant lentement sur la jambe de la guerrière pour se relever. "Je ne me souviens absolument pas pourquoi je suis venue ici." Elle se tourna et repartit une fois de plus. 


 Xena observa sa jambe. Ses picotements se transformèrent en tiraillements. Elle passa ses doigts sur sa jambe. Hmmm. Ca devient trop bon. Et elle lécha lentement le bout de ses doigts. 
 Les gardes Amazones observaient leur petit manège avec beaucoup d'intérêt. "Tu vois, déclara Jillon, la plus âgée, je ne connais qu’elles pour faire des préliminaires dans un banquet diplomatique... " 


"Elles sont incroyables." Répliqua la jeune garde en voyant Xena s’approcher de la Reine. "Oh oh… elle a l’air drôlement déterminé. Elles vont bientôt conclure." 


 Xena se déplaçait avec la grâce et la précision d'un tigre. Gabrielle était installée à la table du Roi avec quelques uns de ses nobles. Un siège était libre à gauche de la Reine et Xena ne perdit pas de temps pour s’y asseoir. Gabrielle était au milieu d'une délicieuse conversation avec l'un des ministres du roi et fit comme si de rien n’était. 


 Xena attendit patiemment la Reine, se servant un autre verre de vin et piochant dans les plats, prenant même plaisir à écouter parler Gabrielle avec le ministre. Elle était très fière de Gabrielle et de sa réussite, après tout, cette soirée était organisée pour célébrer la femme assise à sa droite. Cependant , dans l’état et l’humeur où elle se trouvait, elle ne put s'empêcher de laisser tomber sa main sur la cuisse de l’Amazone. Ses doigts se promenèrent doucement sur la peau chaude, refermant le piège. 


 Sans lever les yeux de sa conversation, la main de Gabrielle attrapa les doigts errants de sa compagne. Mais ils capturèrent son poignet et elle n'osa pas s'éloigner. Elle sourit au ministre et tourna lentement la tête vers la guerrière qui lui rendit son sourire en levant un sourcil dans un défi silencieux. La Reine, dont la main était encore fermement serrée par celle de la guerrière, reprit sa conversation. 


 Xena posa la main de Gabrielle sur sa cuisse et la laissa là un bon moment, alors que les tiraillements se muaient en une lente douleur. Puis elle la dirigea plus haut tout en se rééquilibrant sur son siège pour donner l’espace nécessaire à cette lente douleur qui se transforma rapidement en un incendie que seule la Reine pouvait éteindre ou allumer. Elle glissa de force la main sous ses cuirs et la plaça exactement où elle voulait. 


 Gabrielle étouffa un soupir en avalant une gorgée de vin quand elle réalisa où sa main se trouvait et ce que l'on attendait d’elle. Elle s’éclaircit la gorge en imaginant les douces boucles sombres légèrement humides de la plus douce des ambroisies. Elle savait à quel point il serait agréable d’aller dans la chambre, surtout quand cette même main se posa sur ces boucles. Elle sentit la fente, et sa gorge masqua un autre soupir quand la main brutale la guida dans les replis humides et chauds de sa compagne. 


 Gabrielle se demanda vaguement comment elle pouvait faire des phrases cohérentes et encore plus continuer une conversation avec cet homme, alors que Xena forçait sa main en un va-et-vient dans son humidité soyeuse. Elle jeta un oeil à la guerrière, assise là les yeux mi-clos, un verre de vin à ses lèvres et appréciant le plaisir qu'elle recevait de la Reine. Elle n'émettait pas un bruit et sa respiration était lente et régulière, mais Gabrielle savait qu'elle lui faisait de l’effet. Elle le sentait à chaque coup de sa main. 


 Elle retourna à sa conversation 


 Quelques instants plus tard, la Reine réalisa que la main avait disparu. Elle caressait maintenant son amante d’elle-même et en profita pleinement. Ce qui avait commencé de la part de Xena comme une tentative de domination s’était lentement transformé en une véritable quête que la reine trouvait très agréable. 


 Elle poussa un peu plus loin pour découvrir que sa compagne était plus que demandeuse et apte à recevoir tout le plaisir que la Reine déciderait de lui donner. Elle glissa deux doigts, ce qui provoqua un léger sursaut à côté d'elle et un faible grognement qui ne put être entendu que par la Reine. Elle sourit en poursuivant sa conversation. Elle donnait du plaisir à la guerrière en la caressant à un rythme lent et soutenu. En même temps elle sentait son excitation inonder ses propres cuisses. 


 Bientôt, alors qu'elle prenait le rythme, Xena attrapa sa main. Un autre petit grognement se fit entendre et elle reconnut là le discret remerciement de son orgasme. Au bout d’un moment, Gabrielle retira lentement sa main et la posa sur la cuisse de Xena. Elle passa encore un instant à discuter puis elle se tourna vers la guerrière. "Peux-tu marcher?" 
 "Oh oui." Grogna la guerrière. 
 "Je pense que nous devrions aller nous coucher." 
 "Un-huh." Convint la guerrière. 


 Le temps qu'il leur fallut pour se rendre dans leur chambre battit des records. La porte verrouillée derrière elles, il n'y eut pas de grande et douce séduction ce soir-là. Cette nuit, c’était le sexe pour le sexe. Seules ces deux femmes qui s’aimaient et se faisaient confiance pouvaient entrer dans cette pièce et se jeter dans un tel amour physique. 


 Xena avait déjà enlevé sa cuirasse en courant vers la chambre et elle la lança de côté puis ses mains commençèrent à enlever les vêtements de la Reine. Elle était sur le point de retirer ses propres cuirs quand la reine, désormais privée de tout vêtement, attrapa les mains de la guerrière.
"Garde-les."

La guerrière sourit en attirant la Reine dans ses bras. Gabrielle gémit au contact des lèvres brûlantes sur son cou et de la douce langue qu'elle connaissait si bien, séduire sa peau. "Merci." murmura Xena en aspirant un lobe et en le mordant doucement. 

 "De rien…" réussit-elle à répondre alors que son corps se mettait à trembler. 
 "Dis-moi… Majesté, dis-moi ce que peut faire ton humble serviteur."  
Gabrielle s'appuya sur elle contre le grand lit, sa main la soutenant automatiquement. Elle écarta ses jambes et grogna. "A genoux, guerrière." 

 Xena tomba à genoux et ne perdit pas une seconde pour enfouir son visage où elle le savait désiré. Gabrielle gémit de plaisir alors que la langue de la guerrière consommait le doux nectar de la Reine Amazone. Ses mains tenaient fermement les cuisses et les fesses de la reine. En partie pour soutenir l'Amazone et aussi pour garder un certain contrôle sur sa femme afin qu'elle ne s éloigne pas. 

 "Dieux…… Xena" grogna Gabrielle d'une voix rauque alors que la langue lui donnait du plaisir comme personne ne lui en avait jamais donné. "Je… t’… aime… tellement." Elle sentit une décharge lui traverser le corps pendant que la guerrière alternait entre coups fermes et doux pincements. 

  Elle sentit les muscles des jambes de la Reine se contracter et trembler. Avec soin, l'une après l'autre, elle les souleva pour les positionner sur ses épaules. Utilisant la tête du lit pour soutenir son dos, la guerrière poursuivit sa quête. Elle suça les replis chauds et se baigna dans la douceur que seule une amante pouvait donner. Ses gémissements ne servaient qu'à encourager son exploration. 

 "Dieux, guerrière…… prends-moi ...sur le lit . MAINTENANT!" Ordonna la Reine. La guerrière obéit.
 
 Elle laissa la Reine se lever, la prit dans ses bras et la déposa sur le grand lit. La Reine s'accrocha à la guerrière et s'installa sous elle. "Prends-moi. S’il te plaît, par les Dieux." 
 Xena posa ses mains sur elle et captura ses lèvres pour un baiser. La Reine exigea l'entrée de sa bouche. Savourer son propre arôme multiplia son désir. Elles se battaient pour garder le contrôle. Xena reprit finalement le sien, mais seulement après avoir piéger les mains de Gabrielle sur le lit. En représailles, sa lèvre inférieure fut mordue et le baiser fut rompu. 

 "Tu veux jouer à la brute?" grogna la guerrière. 
 "J'ai juste envie de toi. Que… tu m’aimes." gémit-elle, sa tête allant de droit à gauche, le souffle court. 
 Xena se pencha à l’oreille de son amante. "Tu sais que je t'aime Gabrielle." 
 "Oui." souffla-t-elle, et les mains de la guerrière descendirent plus bas, écartant ses jambes. Bientôt, elle voulut que son corps hurle. Elle avait sa guerrière. Sa guerrière était en elle, la possédait. Ses bras s'enroulèrent autour du cuir et la guerrière lui fit l'amour. Elle se cambrait, son orgasme approchant. "Oh…… par les Dieux… oui…" Ses ongles s'enfoncèrent dans les épaules de Xena tout en se tassant sur la main ferme. 

 Sous elle, Xena sentait Gabrielle onduler et s'enflammer à son contact. Elle l’entendait grogner et gémir. Elle savait ce qu'elle faisait à la Reine et elle appréciait chaque instant de torture. 

 Prenant un dernier baiser, la femme gémit dans sa bouche à l'approche de l'orgasme. L'explosion et les spasmes durèrent un long moment alors que la guerrière donnait une dernière poussée. Gabrielle la serra en essayant de reprendre son souffle. Elle voulait sentir sa guerrière au-dessus d'elle. Elle tourna la tête et planta un doux baiser sur son front trempé de sueur. "Tu vas bien?" demanda-t-elle quand elle put enfin parler. 

 "Hum… et toi?" murmura la guerrière. 
 "Jamais aussi bien." gloussa-t-elle doucement. 
 "Heureuse de t’avoir aidée" dit elle en embrassant un sourcil blond. "Gabrielle?" 
 "Oui?" 
 "Je peux me déshabiller maintenant s’il te plaît? Mes cuirs sont trempés." 
 "Hmm oui je crois." Elle lâcha Xena qui exécuta un saut parfait pour se lever du lit. 

  Pendant qu'elle se déshabillait, Gabrielle souleva les couvertures pour qu'elle la rejoigne. Xena grimpa sous les draps épais, dans le doux lit chaud. Elle pritGabrielle dans ses bras. Une fois de plus, elles ne faisaient qu’une, constatant leur parfait ajustement. Gabrielle se replia et posa sa tête sur l'épaule de la femme qu'elle aimait, la femme qui lui avait tant donné.
 
 "Xena?" 
 "Oui?" Un autre doux baiser sur le front. 
 "Tu sais que les négociations de traités sont une bonne chose. Nous devrions le faire plus souvent."
Elle se blottit dans la chaleur de la couverture et dans la douceur de sa partenaire et tomba dans un paisible sommeil . 

 "Comme tu veux ma Reine." Elle l’attira plus près et ferma les yeux, plongeant elle aussi dans un paisible sommeil , dans le réconfort de sa vie auprès d'elle. 

 FIN




 


 



 

 

Commentaires  

 
#2 Galy 2010-04-24 01:55 Des fans passionés qui continuent de faire vivre la série comme celà, contre vents et marées, ça ne peut que s'applaudir.

Je reste une adepte des lectures en anglais, mais je trouve le démarche excellente.

Bravo !
Citer
 
 
#1 jane dorke 2009-06-25 12:09 trop bien !
que du plaisir !!
Citer
 
< Précédent